dimanche 18 novembre 2007

Trois chiffres pour découvrir le Japon

Un écrit sur le Japon peut commencer par une carte postale. Une geisha, artiste traditionnelle, l’oreille collée à son téléphone portable. Ou encore le shinkansen, TGV japonais, passant devant le célèbre volcan « Fuji-san » avec des cerisiers en fleurs. Mais ces clichés représentent mal la réalité de l'archipel nippon. La Tour Eiffel n’est pas la France. Et surtout, la Tour Eiffel n’est pas importante pour la société française, à part pour les hôteliers parisiens qui profitent de sa notoriété et des touristes qu’elle attire.

Regardons plutôt une carte, et traçons, au départ de Paris et pour Tokyo, deux cercles de 1000 et 3000 kilomètres, centrées sur la ville. Voici dans les deux cas les contrées rencontrés :

  • moins de 1000 km de Tokyo: Corée du Sud, Russie (Sibérie)
  • moins de 1000 km de Paris: Irlande, Royaume Uni, Espagne, Portugal, Italie, Slovénie, Croatie, Autriche, République Tchèque, Allemagne, Pologne, Danemark, Belgique, Pays-Bas, Liechtenstein, Luxembourg
  • moins de 3000 km de Tokyo: Corée du Nord, Mongolie, Chine (continentale, Hong-Kong, Taiwan), Philippines, Mongolie, Saipan, Guam
  • moins de 3000 km de Paris: Norvège, Suède, Finlande, Islande, Açores, Maroc, Sahara Occidental, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Algérie, Tunisie, Libye, Malte, Tchad, Egypte, Soudan, Israël & Palestine, Arabie Saoudite, Jordanie, Syrie, Liban, Turquie, Grèce, Macédoine, Croatie, Serbie, Bosnie, Monténégro, Albanie, Géorgie, Russie, Ukraine, Moldavie, Roumanie, Bulgarie, Slovaquie, Hongrie, Biélorussie, Lituanie, Estonie, Lettonie
Au départ de Paris, un voyage de 3000 kilomètres mènera au Tchad, aux Açores, en Arabie Saoudite, en Russie, en Géorgie, en Islande, en Suède, ou dans une soixantaine d’ autres territoires à la culture très variée. Une dizaine de pays seulement sont à la même distance de Tokyo. La Chine est bien entendu le voisin principal, et seule la Corée du Sud, et la Sibérie russe sont réellement proches. Le faible choix de courtes vacances à l’étranger proposées par les agences de voyage japonaises est déprimant. il est difficile d’échapper à Guam, Saipan, Séoul, Pékin ou Hong-Kong, et les plus aventureux iront peut-être jusqu’aux Philippines. Cette isolation est plus importante que le manque de choix pour un week-end en amoureux. D’autant que le Japon est aussi un terminus, l’extrêmité nord-est de l’Asie habitable avant l'Océan Pacifique ou la Sibérie. Il n’a jamais ainsi été envahi avant l’occupation américaine de 1945, malgré une tentative mongole au XIIIè siècle. Avant l’époque moderne, les influences étrangères étaient limitées et essentiellement chinoises et coréennes.
Ces îles sont isolées, mais aussi surpeuplées. La surface du Japon est supérieure à celle de la moitié de la France. Mais des forêts et montagnes abruptes couvrent les deux tiers de l’archipel. Ses cent trente millions d'habitants doivent donc se loger, se nourrir et travailler sur un espace réduit. Le tableau suivant présente la densité de population, c'est à dire le nombre d'habitants par km² habitable, pour le Japon et ses plus grandes villes, comparées à l'occident.
Ainsi, en moyenne, le Japon (1200 habitants par kilomètre carré habitable) est légèrement plus peuplé que l’Ile de France (900), et beaucoup plus que la Suisse (364) ou la Belgique (407), des régions pourtant déjà très urbaines et denses. En comparaison, la France métropolitaine (159) et les Etats-Unis (41) sont un désert. Le Japon est donc un pays surpeuplé, où le terrain est un luxe. Un tel lieu doit être bien organisé pour rendre supportable cette promiscuité.

Pourtant, ses villes ne sont pas les plus bondées. Tokyo concentre 13000 habitants au kilomètre carré, c’est un peu plus que Lyon (10000), mais beaucoup moins que Paris (20000), ou Manhattan (26000). La hauteur des immeubles explique ces différences. Il est difficile de construire de grands immeubles dans un pays aux tremblements de terres fréquents. Les japonais préfèrent aussi souvent les maisons individuelles car, dans ce pays où une vieille maison est aussi dangereuse, seul le terrain est une valeur sûre. Plutôt qu'un appartement de dix étages entouré d'un jardin, le promeneur rencontre plus souvent une dizaines de maisons construites chacunes sur un terrain de 40 m2, en laissant 20 centimètres entre le mur de leur maison et celle du voisin.

Si l'espace manque incontestablement, Les comparaisons de niveau de vie avec l’Europe sont difficiles. Les japonais trouvent souvent que les français conduisent de vieilles voitures. Les occidentaux sont impressionnés par les vêtements de luxes vendus au Japon, mais trouvent les logements exigus et vétustes. Les chiffres des spécialistes donnent les résultats suivants:

Le Japon a un niveau de vie d’environ 20% inférieur à celui des pays les plus riches, comme la Suisse, Hong-Kong et les Etats-Unis. Par contre, la situation est comparable à celle de la France, ou de l’Allemagne. Ce n’est pas un pays pauvre et arriéré, comme le croient trop souvent les expatriés réfugiés dans le centre de Tokyo, grisés par leurs primes et leur appartement de fonction. Il n'est pas plus par contre ce miracle asiatique unique qui impressionne et fait peur, malgré quelques succès spectaculaires dont l'exemple est de plus en plus, faute d'autre choix, Toyota. Les raisons de ce demi-succès sont facile à trouver, depuis le terrain qui manque jusqu'à la géographie difficile qui transforme une autoroute en une succession coûteuse de ponts et de tunnels. Mais plus que cette fatalité, les étrangers de Tokyo vous parleront d'une certaine inefficacité japonaise, de la fermeture des distributeurs automatiques de billet le soir, des femmes surdiplômées qui arrêtent de travailler dès leur mariage, du préposé à la fermeture des portes de train, et des ouvriers employées à agiter à longueur de journée un petit drapeau devant des travaux. Tout ceci leur semblera terriblement arrièré jusqu'à ce qu'ils retournent dans leur propre pays, et que les petits défauts de leur patrie leur apparaîssent aussi nettement.
Vous pouvez continuer votre lecture par ces conseils de courtoisie au Japon ou ce bilan de 10 ans au Japon.

14 commentaires:

manga54 a dit…

je en suis pas vraiment d'accord avec ça car le salaire moyen d'un japonais est bien plus élevé qu'en france. Le salaire annuel en france est en moyenne de 20 000€ alors qu'au japon, il est de plus de 35 000€

Uchimizu a dit…

Bonsoir,

j'ai basé ma comparaison sur le PIB par habitants à parité de pouvoir d'achat. Ces chiffres se trouvent par exemple sur le site du magasine The Economist.

Nous avons parfois l'impression que les japonais ont un niveau de vie plus élevé qu'en France, mais c'est surtout vrai pour les jeunes célibataires. Les logements sont chers et perdent de leur valeur au bout de 15 ou 20 ans. Les études coûtent aussi très cher aux famille.

Je sais aussi, pour avoir travaillé dans les deux pays, que dans ma société, les salaires à poste équivalents entre la France et le Japon sont équivalents.

jesus2099 a dit…

D'accord mais je pense qu'en France, nous avons énormément de Smicards, la moyenne générale des salaires n'étant pas loin au dessus du SMIC. Il me semble que les bas salaires soient moins nombreux là-bas. Non?

Uchimizu a dit…

les chiffres indiqués sont des moyennes qui prennent donc en compte l'ensemble de la population.

Les comparaisons de salaire ne sont pas faciles car l'éducation est très chère au Japon, et les femmes travaillent peu une fois qu'elles ont des enfants. Un ouvrier japonais gagnera peut-être beaucoup plus que le smic, mais pourra avoir un niveau de vie comparable à celui d'un ouvrier au SMIC.

Il est vrai que le Japon est en moyenne un peu plus égalitaire que la France (coefficient de Gini autour de 0.25 pour le Japon contre 0.35 pour la France), mais les choses changent vite, et il existe de plus en plus d'emplois précaires et d'inégalités dans le pays.

Anonyme a dit…

on dit pas" arabie saudite " mais on dit plutot royaume arabe saudienne et ca donne en arabe al mamleka al arabiya al saudia .arabie c'est la peninsule arabe qui s'etends du yemen a la mer noire et le royaumr fait partie de cette peninsule.

loyette a dit…

le salaire moyen en france est de 14000 euro prime comprise! puree je serais trop contente de gagner 20000 EURO! snon, ton article sur le japon est plein de prejugés! c'est sur la france et hyper moderne quant je vois le metro parisien vetuste et degantant j ai peur...d ailleurs mm les touristes japonais on peur quant je les vois! et puis en france il y a pas de logement vetustes genre on habitent tous des villas de 150m2 decoré par valerie damido! et quant j entends certains qui donne comme argument la japonaise elle est soumise car elle reste chez elle pour elever son bebe je reste septique! parceque la francaise c'est pas le cas peu etre??c 'est tres rare que ca soit le mari qui reste a la maison mm en france!

Anonyme a dit…

"sinon, ton article sur le japon est plein de prejugés! "

C'est clair. A se demander si vraiment il a travaillé là bas.

J'y suis allé, j'y ai travaillé aussi je suis en contact constamment avec des japonais avec qui je peux débattre des avantages et inconvénients de la France et le Japon. Et quand je suis revenu en France, le payé sous développé c'était clairement la France...

Les *gros* défauts de ma patrie me sont apparus nettement, pour réutiliser les mots de l'article.

Uchimizu a dit…

Bonsoir,

les chiffres que j'ai utilisé pour comparer le niveau de vie proviennent d'une source sérieuse. Après vérification, le salaire net moyen en France est un peu inférieur à 2000 Euros par mois. Le salaire net médian (50% de salaires en dessus, 50% en dessous) est par contre moins élevé, un peu au dessus de 1500 Euros je crois.

Au Japon, il y a aussi beaucoup de travaux peu payés de type 'Arbaito' (petits boulots). Le salaire de l'heure est parfois inférieur à 1000 Yens, soit pour un mois moyen 160.000 Yens, soit environ 1200 Euros. Et ces petits boulots ne donnent pas droit à toute la protection sociale, alors qu'une personne au SMIC en France a au moins la sécu, la retraite et l'école publique, sans compter les semaines de congé payé.

Le Japon est certes beaucoup plus moderne sur certains côtés (métro de Tokyo vs RATP...), mais il a aussi ses oubliés: allez dans les petites villes de province ou dans les coins reculés de la banlieue des grandes villes, et vous pourriez vous croire au Brésil.

Je vous explique dans ce blog ma vision du Japon après y avoir vécu près de 3 ans, et après une dizaine d'années de voyages réguliers dans le pays. Je ne connais certes pas tout, mais je ne pense pas être non plus complètement à côté de la plaque.

Anonyme a dit…

Oui enfin dire que Toyota est le seul exemple de la réussite japonaise aujourd'hui "faute d'autre choix" c'est assez limite.

Et ça, même pas besoin d'aller au Japon pour le savoir, des cours d'économies et de management suffisent.

Quant aux coins reculés, non, ce n'est pas le brésil surtout niveau délinquance ... (Un clochard à d'ailleurs ramené le porte feuille qu'un amis avait oublié au japon, j'attends de voir ça au Brésil, voir en France ...)

Par contre, on a l'impression de faire un bon dans le passé, mais du bon coté des choses pour moi.

Pour les petits boulots japonais, il y en a aussi des bien payé. Mais surtout, et même si ils n'ont pas les mêmes couvertures sociales que la France et tout ce qui va avec, il est très facile au japon de trouver un petit job d'appoints pour gagner de l'argent de poche contrairement à la France.

Uchimizu a dit…

Bonsoir Anonyme,

merci de venir discuter sur le blog. C'est évidemment un raccourci de réduire la réussite au Japon à Toyota. Toutefois, il y a eu à mon avis une baisse de l'influence économique du Japon depuis une quinzaine d'années. Qui aurait cru par exemple que ce soit Apple qui invente l'I-pod et l'i-phone, plutôt qu'un géant de l'électronique japonaise ?

Dans ma comparaison avec le Brésil, je souhaitais mentionner surtout les petites maisons de bric et de broc qui me rappellent vraiment, sans la violence, les favelas. Je suis d'accord avec vous sur la sécurité: on voit souvent à la campagne des paniers de légumes seuls au bord des routes où l'on se sert en laissant le prix du sac dans une boite de conserve.

Les petits boulots sont certes très faciles à trouver, mais ils sont très rarement bien payés. Et ils offrent une protection sociale très limitée qui pose de gros problèmes quand on est âgé ou avec une famille.

Antoine a dit…

[quote]je en suis pas vraiment d'accord avec ça car le salaire moyen d'un japonais est bien plus élevé qu'en france. Le salaire annuel en france est en moyenne de 20 000€ alors qu'au japon, il est de plus de 35 000€[/quote]

Certes. il est cependant nécessaire de relativiser. Un niveau de vie ne se calcule pas uniquement en fonction du salaire annuel. Si l'on souhaite véritablement comparer le niveau de vie, il faut prendre en compte le fait que le français bénéficie de 5 semaines de congés payés avec des semaines allant de 35 à 45h. Les Japonais en ont 14 et pour des raisons structurelles, en gardent généralement la moitié par an. par ailleurs, les horaires de travail varient presque du simple au double. Si au Japon la semaine de travail est de 40h, la relation sympathique entretenue par le salarié avec son entreprise l'incite à "travailler plus", puisque son entreprise est, après sa famille (voire avant parfois), sa principale raison d'exister. Il reste que ce sont des généralités, mais qui peuvent néanmoins expliquer la différence des salaires.

Uchimizu a dit…

Bonsoir Antoine,

je pense que vous avez raison: les comparaisons ne se font pas juste en regardant les salaires nets.

Il faudrait aussi noter que pour un salaire net de 1500€, il y a en France presque 1000€ de salaire "caché" sous forme de charges sociales qui procurent des services gratuits bien réels comme l'assurance maladie, la retraite ou l'assurance chômage. Les japonais disposent d'une assurance sociale moins généreuse et doivent donc plus économiser par eux-mêmes.

Une autre différence est la dépréciation des logements: un appartement ne vaut pratiquement plus rien après 30 ans.

Anonyme a dit…

bonjour
cela fait 6 ans que j habite au japon.
cela ne veut pas dire que je connaisse bien le japon. mais je trouve tout vos articles pertinents.j aprecie beaucoup tout vos conseils. c est une bonne analyse, a mon avis!
personne n est parfait, mais vous etes de bon propos.

Anonyme a dit…

Merci pour cet article très intéressant. Je me suis moi-même rendu au Japon il y a 3 ans, un voyage que j'avais soigneusement préparé. Un pays fascinant et j'espère y retourner.

Là où je ne suis pas d'accord : je ne vois pas, mais alors pas du tout, ce qui vous permet d'affirmer dans votre article que des étrangers/les expatriés considèrent le Japon comme un pays 'pauvre et arriéré', à l'exception du centre de Tokyo. Je ne connais strictement personne autour de moi qui pense une telle chose du Japon. Les avis négatifs sur le Japon, ce serait plutôt sur la condition des salariés, la compétition scolaire, le suicide, les séismes, les typhons (comme s'il y en avait un tous les 4 matins), mais le Japon n'a jamais projeté l'image d'un pays pauvre et arriéré même pour le plus inculte des Français ou Allemands ou Canadiens (et si c'est le cas, ils sont très peu nombreux et complètements idiots). Et là-bas, les expatriés que j'ai croisé n'ont jamais dit une chose pareille sur le Japon.

Le Japon a rejoint l'Occident depuis le 19ième siècle et cette place dans l'Occident, même si place certes un peu à part, j'en conviens, n'a jamais été remis en cause par les Occidentaux, les sociologues, les économistes etc. Le Japon fait partie de l'OCDE, son économie est de type capitaliste comme n'importe quelle pays occidental. C'est tellement vrai que ce pays constitue encore une exception en Asie. Il y a bien des régions comme Singapour et Taïwan, mais c'est une Asie riche, ce n'est pas l'Occident. Quand on se ballade à Tokyo, à Osaka ou dans les petites villes, on a le sentiment d'être en Europe de l'Ouest, simplement les paysages sont un peu différents, l'écriture n'est pas la même.

C'est tellement vrai que c'est devenu un vieux pays riche. Avec les conséquences que l'on connaît comme en Europe de l'Ouest : vieillissement de la population, vieillissement réel des infrastructures (surtout en province, à Tokyo, on ne s'en rend pas vraiment compte), interrogations de la jeunesse de classe moyenne sur son avenir. Pourtant malgré tous ces problèmes, ça reste la troisième puissance du monde en termes de qualité de vie, en Asie, le Japon reste loin devant la Chine, par exemple, où les inégalités sont bien plus violentes.

Voilà, je voulais exprimer ce point de vue.

CDM