dimanche 26 octobre 2008

Shitamachi, la ville basse de Tokyo

Alors que les quartiers des collines de la Yamanote (山手) abritaient les domaines de la noblesse durant l’Ere Edo, la plaine du nord de Tokyo (東京) etait le cœur de la ville plébéienne. Shitamachi (下町) ou ville basse désignait alors les environs de Nihonbashi (日本橋), Ginza (銀座), et Ueno (上野), mais le mot est maintenant utilisé pour tous les quartiers populaires au nord d’une ligne Shinjuku (新宿)-Ginza (銀座). Le mot a été repris dans d’autres grandes villes japonaises pour désigner des endroits similaires. Il suffit de quelques minutes de métro pour quitter le centre du Tokyo moderne, commerçant et branché, et se plonger dans ces délicieux quartiers désuets et calmes, un antidote parfait à l’agitation de la ville.
Shitamachi n’offre pas de sites touristiques spectaculaires, mais des ilots de ville japonaise traditionnelle avec leurs chaos de petites maisons, souvent décorées de plantes en pot. Les commerces y sont aussi vénérables que leurs propriétaires. Entre les habitations, de nombreux petits ateliers sont encore présents, ainsi que les traditionnels sento (銭湯), bains collectifs reconnaissables à leur cheminée. La population est plutôt agée car peu de jeunes souhaitent vivre dans ces endroits n’offrant pas toutes les facilités modernes malgré un emplacement central. Pour le promeneur, ces petites rues sont un excellent vestige du Japon de l’après guerre, alors qu’il n’était pas encore le grand pays prospère actuel. La modestie des habitations et des commerces est un bon témoin de la relative frugalité qu’a connu la génération maintenant à la retraite. Le plus plaisant est de se perdre au hasard des rues. Une boussole peut être bien utile pour suivre la direction souhaitée et retrouver, après quelques minutes de marche, une grande artère facile à situer.
Une promenade intéressante commence à la gare d’Iidabashi (飯田橋). Il s’agit de visiter la « ville basse », mais nous emprunterons d’abord la montée de « Kagurazaka » (神楽坂), un quartier plutôt branché de Tokyo, avec une légère connotation française. Si vous avez l’âme aventurière, les nombreuses ruelles en pente du méritent certainement un détour. Après deux virages sur la gauche, nous prendrons l’avenue de « Waseda Dori » (早稲田通り) sur la droite, passerons devant la station de métro de Kagurazaka et marcherons une demi-heure à travers ce quartier calme de Tokyo. Nous passerons devant la station de métro de Waseda, pour rejoindre le campus de la principale université privée du pays « Waseda Daigaku » (早稲田大学). Cette dernière a un excellent niveau, mais, à l’image des universités américaines, il est aussi possible aux riches « fils de » d’y rentrer en suivant les onéreux cours offerts depuis l’école primaire par l’établissement. Au carrefour de « Nishi-Waseda » (西早稲田), nous prendront à droite vers le nord pour arriver au premier objectif : le terminus de la ligne de tramway « Arakawa » (荒川線). Vous vous êtiez bien doutés que cette marche était un prétexte pour monter dans un train, et vous aviez raison.



Cette ligne vénérable est une des deux survivantes du réseau de tram de la ville de Tokyo (avec la ligne Tokyu Stegaya). Elle traverse de nombreux quartiers populaires peu desservis par les transports en communs. Elle parcourt en 50 minutes les 13 kilomètres en traversant lentement le nord de la ville d’ouest en est, jusqu’au terminus de Minowabashi (三ノ輪橋). C’est une excellente façon de découvrir des quartiers qui ne figurent sur aucun guide touristique. Sur le chemin, l’on peut s’arrêter à Otsuka (大塚), et se rendre de là à Sugamo (巣鴨), le « quartier des vieux » situé à une station de train. Le parc de Rikugien (六義園) une courte visite, ainsi que le surprenant jardin de Kyu-FurukawaTeien (旧古河庭園), une surprenante demeure bourgeoise dans cet endroit populaire. La ligne de tram mérite d’être parcouru jusqu’au terminus, dont l’architecture est intéressante : la gare est entourée de galeries marchandes qui lui donnent un air de petite ville de province. Souhaitons que la ligne de tram, qui est maintenant concurrencée par les beaucoup plus modernes « Fukutoshin » (副都心)et « Nippori – Tonari Liner » (日暮里舎人ライナー,) ne soit pas démantelée. Minowabashi (三ノ輪橋) est à proximité du célèbre « ghetto » de « san’ya » (山谷) dont la visite n’est pas recommandée : il rassemble des travailleurs pauvres et âgés, presque exclusivement masculins, souvent journaliers sur des chantiers de construction, et jamais loin de devenir sans-abri. Contrairement aux habitants modestes mais socialement intégrés de Shitamachi, ils n’apprécieront pas forcément votre visite.
Après avoir pris le métro, nous nous retrouverons à Ueno (上野), le grand centre urbain le plus populaire de Tokyo. Il était en effet la gare d’arrivée des immigrants venant des régions pauvres du Tohoku. Le quartier est célèbre pour son parc, et celui-ci comprend, en plus du charmant musée national, un petit musée de « Shitamachi » qui retrace la vie des quartiers populaires. Ce dernier est situé vers l’extrémité sud-est de l’étang d’Ueno, à proximité de la gare Keisei (京成). Depuis Ueno, une promenade agréable est de se rendre à Yanaka (谷中). En se dirigeant vers le fond du parc d’Ueno, (musée national), nous prendrons à gauche (vers le nord-ouest) la rue traversant le parc devant le musée national. Elle mène directement au cimetière de Yanaka en traversant un des quartiers les plus calmes de la ville. Il est facile ensuite de rejoindre la gare de Nippori (日暮里), et de profiter au passage de la petite rue commerçante de « Yanaka Ginza ».
Depuis Ueno, il est aussi possible de se rendre a Kappabashi (合羽橋). Ce quartier rassemble les magasins de matériel de cuisine de la ville. C’est donc l’endroit idéal pour trouver une rappe un peu rare ou des formes à gateaux originales. De nombreux magasins ont été construits il y a des décennies et leur atmosphère mérite le voyage même si vous ne souhaitez pas vous équipper. Le quartier des environs est d’urbanisation ancienne, mais à l’atmosphère très populaire.
D’autres quartiers méritent une promenade au hasard des rues. Hongo (本郷) est un petit oasis de paix à deux pas du Tokyo Dome. Il est également proche du quartier de l’université de Tokyo, que l’on atteint par une marche agréable vers le nord. Le quartier à l’est de l’université de Tokyo, juste de l’autre côté de l’avenue HongoDori est bien préservé, en particulier les nombreux appartements en bois de deux ou trois étages, dont le fameux Hongo-Kan (本郷館, à proximité de l’adresse Hongo 6-20 (本郷6丁目20). Nezu (根津) mérite aussi une courte visite. Le quartier est situé dans un petit vallon parcouru par une rue commerçante agréable qui vous amènera jusqu’à Nishi-Nippori (西日暮里).
Il faudra un peu quitter le quartier, mais le musée d’Edo Tokyo, une étrange structure qui rappelerait un dinausore ou certains engins de Star-wars, pourra compléter agréablement une viste de Shitamachi. Ce très beau musée présente la vie de Tokyo durant l’époque Edo il y a quelques siècles,et concluera de belle façon votre découverte de la ville basse.
Informations pratiques

Les lieux présentés ici méritent certainement plus d’une journée de visite.

Shitamachi Museum (下町風俗資料館): 2-1 Ueno Koen, Tokyo, 〒110-0007
台東区上野公園2番1号, Entrée : 300 Yens, ouvert tous les jours sauf le lundi et lors du congé de nouvelle année., Tel : +81 3 3823 7451 site (en japonais). A proximité de la gare de Ueno (JR Yamanote et métro lignes Hibiya (日比谷線) & Ginza (銀座線)

Edo-Tokyo Museum (江戸東京博物館): 1-4-1 Yokoami, Sumida-ku, Tokyo 130-0015, Tel 03-3626-9974, ouvert tous les jours sauf le lundi de 9.30 à 5.30 et jusqu’à 19.30 le samedi. Entrée : 600 Yens. Des guides volontaires proposent des visites intéressantes, et certains parlent même français. Accès par la ligne Sobu (総武線) et par la ligne Oedo (大江戸線), station Ryogoku (両国), site (en anglais).

Toden Arakawasen (都電荒川線): Billet adulte à 160 Yens, départs de Waseda (早稲田) ou Minowabashi (三ノ輪橋) de 6 heures du matin à 23h environ, un train toutes les 5 ou 6 minutes en heure de pointe, site (en japonais). Accès à Minowabashi par la ligne de métro Hibiya (日比谷線).

Parc Rikugien (六義園): Bunkyo-ku, Hon-Komagome, Rokuchome 〒113-0021文京区本駒込六丁目, Ouvert de 9h à 17h (dernière entrée 16h30), fermé entre le 29 décembre et le premier janvier., entrée : 300 Yens. Site (en japonais). A proximité des gares JR Yamanote de Sugamo et Komagome (駒込), aussi desservi par la ligne de métro Nanboku (南北線).

Parc Kyu-FurukawaTeien (旧古河庭園): Nishigahara Ichome, kita-ku, Tokyo 〒114-0024北区西ヶ原一丁目Ouvert de 9h à 17h (dernière entrée 16h30), fermé entre le 29 décembre et le premier janvier., entrée : 150 Yens. Site (en japonais). A proximité des gares de Komagome et Nishigaoka (ligne de métro Nanboku)


9 commentaires:

Anonyme a dit…

voulais te féliciter pour ton très jolie site sur le Japon

Il donne vraiment envie d’y aller, et j’en pense qu’en 10 ans tu as du en voir des choses…
J’envisage d’y aller l’année prochaine en octobre pour la première fois.

Est ce que la période est propice à la découverte de ce beau pays ?
Connais tu des compagnies aériennes pas cher pour ces dates ? et a quel moment me conseilles tu de réserver mon billet ?

Merci de prendre le temps de me lire et à bientôt j’espère.

Uchimizu a dit…

Bonjour,

l'automne est plutôt une bonne période pour visiter le Japon, même si la fin novembre est préférable car c'est l'époque des "Koyoo", les feuilles rouges dans les arbres, et les forêts japonaises sont alors superbes.

Je n'ai pas spécialement de compagnie aérienne à recommander. J'utilise très souvent Air France car les 3 fréquences par jour permettent de d'adapter mon voyage à mon emploi du temps. Le prix est entre 950 et 1000 Euros. Je crois qu'il y a des vols avec escale moins cher. Les escales en Allemagne, Angleterre, Hollande ou Allemagne sont celles qui allongent le moins le voyage.

U.

Alain a dit…

l'escale en korée est aussi une bonne option :)

Anonyme a dit…

Pour les billets d'avion je te conseille de faire régulièrement des recherches sur Kelkoo. J'y ai trouvé un billet A/R à 633 euros sur British Airways (avec une escale à Londres).

Anonyme a dit…

Merci pour vos articles criants de vérité et d'un style bien souvent remarquable!! C'est bien votre expérience de 10 ans qui fait la différence avec tous ces blogs amateurs qui fleurissent sur la toile...

Bonne continuation,

un fidèle lecteur de Dax (France)

Anonyme a dit…

A kan 1 txt sur la cuisine japonéz ?

je check merci

<~{(ikebukuro2034)}~>

Uchimizu a dit…

Bonjour,

j'avais déjà écrit un article sur la cuisine japonaise l'an dernier.

Il se trouve à cet emplacement.

D'autre part, par courtoisie pour les lecteurs, je souhaiterais que vous évitiez le language SMS.

Anonyme a dit…

Oui merci désolé pour le style sms
A+
<~{(ikebukuro2034)}~>

laurent a dit…

Ces photos me rappellent L'arrondissement de Katsushika.