jeudi 27 mars 2008

Cadre étranger au Japon

J'ai eu la chance de travailler sur un projet de grande ampleur dans la filiale japonaise d’une multinationale anglo-saxonne. Ce fut une expérience remplie d’imprévue, vite transformée en une lutte entre les managers occidentaux et les employés japonais. En tant que ‘latin’, et un des seuls occidentaux parlant japonais, j’ai souvent été considéré ‘neutre’ dans les luttes de pouvoir, et j’ai servi de confident tout à tour aux occidentaux et japonais. Cette position m’a permis de prendre du recul, et d’établir quelques enseignements clés qui me seront très utiles la prochaine fois. J’espère qu’ils pourront être utile à d’autres cadres mutés au Japon.



Leçon 1 : Partez avec des objectifs réalistes.

Vous pouvez être un cadre très efficace en Occident. Mais il est probable que vous passerez énormément de temps à convaincre vos employés japonais que vos idées sont juste. Ce cap passé, l’implémentation pourra être beaucoup plus lente que prévue, et dans certains cas, ne progressera pas du tout. Tant qu’ils ne sont pas au pied du mur, vos employés japonais accepteront très difficilement de changer leurs méthodes de travail. Ils parieront peut-être sur le fait que vous n’êtes là que pour deux ou trois ans, alors qu’ils resteront plus longtemps. Ils seront donc plus enclins de préserver leurs relations avec leurs collègues et leurs clients que de vous aider. Il me semble donc raisonnable de baser vos objectifs sur ce que votre prédécesseur a réussi au Japon, pas sur ce que vous avez réussi en Occident. Dans la plupart des situations, il est réaliste de limiter ses objectifs à l’implémentation de changement consensuel et incrémental, la correction d’inefficacités criantes, et une meilleure visibilité sur les opérations japonaises.

Leçon 2: N’acceptez qu’un poste avec du pouvoir

Les occidentaux et les japonais travaillent rarement de façon efficace ensemble, les façons de penser et les réflexes étant très différents. La communication est souvent très difficile à cause de la traduction. De façon tout à fait rationnelle, la plupart des japonais préfèreront vous laisser dans un placard, et continuer à gérer leurs affaires entre eux. Ils pensent en effet qu’ils perdront plus de temps à vous impliquer dans les décisions que ce que vous pouvez leur apporter. Ils ont aussi peur que vous cassiez les relations et l’organisation qu’ils ont mis en place. Si vous êtes satisfait par deux ans de congés payés au Japon, cela est parfait pour vous. Toutefois, si vous voulez agir, vous devez vous assurer que votre poste est conçu pour que vous soyez dans la boucle de toutes les décisions. Vous pouvez avoir le contrôle du budget, vous pouvez aussi avoir une connaissance technique absolument indispensable à vos collèges. Dans cette situation, vous n’aurez pas à vous préoccuper d’être impliqué dans le travail de vos collègues japonais, comme ils ont besoin de vous.

Leçon 3: N’espérer pas être cru sur parole parce que vous êtes occidental

Les entreprises occidentales, en particulier anglo-saxonnes sont parmi les plus efficaces et innovantes. Certains cadres occidentaux pensent que leur façon de travailler est indiscutablement la meilleure, et s’attendent à ce que les japonais l’admettent, les écoute, et adoptent les méthodes occidentales. Ce sentiment est souvent renforcé par la difficulté des japonais à s’exprimer en anglais, et à expliquer de façon convaincante leurs idées. La version japonaise de l’histoire est évidemment différente. Les employés japonais sont très fiers de la réussite industrielle de leur pays : ils ont construit la deuxième économie mondiale dans un pays exigu, et ils ont probablement réussi la transition la plus rapide d’un pays féodal à un pays moderne. Les japonais pensent aussi souvent que leur société est plus harmonieuse. Nous pourrions débattre pendant des heures des mérites comparés de l’occident et du Japon, Il est toutefois certain que dans certains domaines, le Japon est au moins aussi compétitif que les pays d’Europe et d’Amérique du Nord, et ceci en utilisant des méthodes japonaises. L’exemple évident est celui de l’industrie automobile. Les employés japonais ne seront pas prêt à vous croire sur parole, et discuteront toujours vos idées. Il vous sera donc toujours nécessaire d’écouter vos employés, et de les convaincre que vos idées sont juste, et surtout, adaptées au marché japonais.

Leçon 4: Adaptez vous au marché japonais

Les locaux exagèrent souvent les spécificités du Japon, mais il existe des différences objectives avec l’occident, qui se réduisent souvent aux points suivants :

  • Les logements sont étroits, et le terrain est rare, les habitants adaptent donc leur mode de vie en conséquence. Les exemples les plus courants sont les courses alimentaires quotidiennes au Japon, les logements ne permettant souvent pas de stocker une semaine d’alimentation. Les petites voitures sont les plus populaires car adaptées aux routes très étroites.
  • Les japonais ont des goûts très sophistiqués. Tokyo se mesure aisément à Paris, New York, Londres ou Milan pour la gastronomie, la mode et la vie nocturne. Tokyo compte ainsi maintenant plus d’étoiles Michelin que Paris. Il n’y a pas forcément de marché au Japon pour des produits de second choix.
  • Le service est d’excellente qualité. Les expatriés citent toujours l’exemple des distributeurs de billets fermés le week-end comme preuve d’un service médiocre, mais je pense que c’est l’exception qui confirme la règle. J’ai habité au Japon, aux Etats-Unis, en Belgique, au Royaume-Uni et en France, et j’ai toujours trouvé le service meilleur au Japon. Cela est vrai comme client de restaurants, d’hôtels, d’agences de voyages, d’entreprises de déménagement, de compagnies de téléphone, et même d’agent immobiliers. C’est aussi vrai pour les services internes des entreprises. Je regrette tous les jours la secrétaire très efficace qui résolvait tous les petits problèmes sur le projet. Evidemment, tout ceci a un coût, et les produits doivent souvent être beaucoup plus complexes pour fournir la qualité de service désirée. Cela peut être coûteux, mais c’est souvent le seul moyen de faire des affaires au Japon.

Leçon 5 : Travaillez dur

Passer de longues soirées au travail en occident est souvent considérés comme inefficace. Les gens brillants sont supposés capables de s’organiser pour terminer leur travail dans les temps. C’est probablement vrai, mais cette façon de penser a aussi ses limites. En creusant un peu, on s’aperçoit souvent qu’un travailleur autoproclamé efficace rentrant chez lui à 6 heures du soir cache souvent un subordonné ou un sous-traitant qui passe sa soirée au travail pour compenser, et une rhétorique très élaborée pour refiler à des collègues les tâches les plus ardues. Les japonais respectent en général le travail et les longues soirées au bureau. Pendant mon séjour au Japon, j’ai pu suivre les parcours d’une vingtaine de cadres occidentaux de haut niveau. Ceux qui ont réussi étaient toujours les plus travailleurs, même s’ils n’avaient pas forcément le plus d’expertise ou d’expérience. En restant de longues heures au travail, ils gagnaient le respect de leurs collègues japonais, ils avaient le temps de peaufiner les détails, et ils étaient au bureau quand les décisions se prenaient le soir. La réunion la plus efficace du projet fut une session durant 14 heures, commencée vers 16 heures et se prolongeant jusqu’à 6 heures du matin le jour suivant, et pendant laquelle tous les détails d’un contrat important furent discutés. C’est un cas extrême, mais vous devez être prêt à finir votre travail régulièrement entre 21 et 23 heures. Une bonne hygiène de vie est sans doute de prévoir des soirs de semaines chargés, mais de garder votre week-end pour vous et votre famille.

D'autres points ont été développés dans un second article.

Note: Les clichés illustrant ces articles ont été choisi uniquement pour leur esthétique. Je n’ai travaillé dans aucun des immeubles figurant sur ces clichés et les conseils donnés dans l’article ne sont donc pas basés sur des sociétés domiciliées dans ces immeubles.


10 commentaires:

Modzso a dit…

Merci pour toutes ces infos tres interessantes sur une expatriation japonaise. Moi meme expat' en Hongrie je me suis vite rendue compte des différences de mentalités meme entre pays européens. Pour avoir pu discuter avec plusieurs hongrois ayant eu des collegues francais, je peux meme dire que les francais n'y sont pas percus comme les meilleurs managers! Leur principal défaut: ne pas etre capable de s'adapter aux mentalités et manieres de travailler des pays dans lesquelles ils sont expatriés. Il est donc toujours interessant d'avoir un retour d'experience comme le tien!

Uchimizu a dit…

Bonjour, merci pour votre commentaire fort intéressant. Toutes les expériences sont unique, mais dans mon cas, les expats qui se débrouillaient le mieux au Japon étaient les italiens. Ils avaient l’habitude de gérer des situations illogiques et avaient un bon relationnel. Les français ne s’en sortaient pas trop mal, en particulier comparés aux anglo-saxons.

Anonyme a dit…

Votre article est très intéressant. Puis-je me permettre de vous demander comment vous avez réussi à vous installer au Japon? J'aimerais moi-même parvenir un jour à y vivre, pour le moment je compte suivre des études de commerce ( bts commerce international + école de commerce dans le meilleur des cas )et bien sûr étudier la langue japonaise. J'ai connu votre blog sur le forum france-japon.net et j'ai pu m'apercevoir que vous aviez une grande expérience de la vie au Japon, c'est pourquoi je me permets de vous importuner ( désolé de vous déranger avec toutes ces questions ). Merci d'avance en tous les cas.

Uchimizu a dit…

Bonjour,

d'une façon générale, pour travailler au Japon en entreprise, il est nécessaire d'avoir un métier et d'y être très compétent. L'intégration au Japon est beaucoup plus facile si l'on dispose d'une spécialité reconnue, de préférence technique.

Le plus simple est de commencer à travailler en Europe dans une entreprise aussi implantée au Japon, et de partir ensuite comme expatrié quand il y a une occasion. Il faut par contre parfois attendre plusieurs années.

D'après mon expérience, les secteurs qui offrent le plus de possibilité pour un français au Japon sont le luxe et la finance, en particulier les produits dérivés. Dans les deux cas, il s'agit d'emplois très sélectifs.

J'ai entendu aussi qu'il existait des opportunités dans les jeux vidéos, je connais indirectement plusieurs personnes dans ce domaine.

Je crois qu'il existe aussi des débouchés pour des boulangers, patissiers et cuisiniers français de très bon niveau.

Il est également assez facile de partir au Japon comme chercheur, en particulier dans les domaines scientifiques.

Je vous souhaite un bon courage, et vous recommande également de ne pas tout miser sur le Japon. Il me semble indispensable que vous preniez d'autres avis que le mien.

Anonyme a dit…

J'en prends bonne note. Merci pour tout et très bonne continuation.

Anonyme a dit…

Quelques conseils toujours utile mais qui me paraissent très teinté d'ethnocentrisme voir d une vision très américaine du mode de vie.

Le conseil 1 n a rien de spécifique au japon, c est le lot commun de tout nouvel arrivant dans une filiale en France, en Europe ou en Asie, on est rarement attendu comme le Messie.

Leçon 3:L optimisation de l'organisation et des processus même de bas niveau est quasi obsessionnel au japon. Le souci du détail et la recherche de la perfection se retrouvent a tous les niveaux même dans les postes les moins payes. Si Porches a recruter des japonais pour réorganiser ses chaines de production et si Toyota est numéro 2 mondial ce n est pas un hasard. Par un supermarché européen est au niveau d un 7/11 en terme d'organisation de l'approvisionnement, c est pour cela qu'un mac do, qu'une bouteille de coca est moins cher a Tokyo qu'en France, bien que vendu dans des structures plus petites et les problèmes d espaces spécifiques au japon.

Leçon 4: Le mythe des cages a lapin. La surface moyenne des habitations au japon est equivalente a celle de la France, de mémoire entre 70 et 80m2, ce qui est pour un pays qui a 80% de sa surface montagneuse et subit de nombreux tremblements de terre est une performance.

A facteurs constants les appartements sont plus petits en France.

Si on ne stock pas des jours et des jours de nourriture, comme aux États Unis, vieille habitude du pionnier, c est que les japonais ont compris depuis longtemps que c était une perte totale de place et d énergie. La densité de restaurants et mini market est extrêmement élevée a Tokyo, il est impossible de faire 500m sans en trouve un, pourquoi donc immobilise 10 a 25 m2 dans une cuisine et de nombreux équipements alors que l'on ne cuisine pas ou peu? De plus on mange bien mieux pour presque moins cher dehors, ce qui soutient aussi l'emploi. Comme les supermarchés sont ouvert 7/7 voir 24/24, qu'ils existent de nombreux magasins dans les stations de métro et des milliers de machines de boisson pourquoi stocker a la maison? De même pour les voitures, la philosophie japonaise est pratiquement l antithèse de celle des états unis, point de Bigger is Better ici. Les principes Zen impliquent un certain dépouillement et de ne pas utiliser plus que nécessaire, d ou un design épuré minimaliste et miniaturise tant apprécié pour les produits électroniques par exemple. Au final Tokyo a donc un taux d occupation de sa surface par les routes relativement acceptable, rien a voir avec Los Angeles ou Houston qui sont plus des parkings que des villes, la place accordée a la voiture étant équivalente a celle des habitations.

Comme beaucoup dans pays, vivre au Japon implique de ce forcer a avoir un regard neuf et un effort poussé d analyse pour réellement saisir les différences et parfois les ressemblances avec le pays d origine. Un même résultat peu provenir d une méthode et d une approche totalement différente a nos mœurs européenne.

Uchimizu a dit…

Merci pour ces longs commentaires fort intéressant. J'avoue avoir été assez surpris d'être catalogué 'américain' alors que je n'ai vécu que quelques mois là-bas.

J'ai été aussi assez surpris par votre comparaison des tailles de logements entre le Japon et la France, mais vous aviez parfaitement raison. Vous étiez même en dessous de la réalité puisque les logements sont plus exigus en France qu'au Japon en moyenne. Que l'on compare le pays entier (121.7m² au Japon contre 91m² en France) ou la région capitale (91m² dans la préfecture de Tokyo contre 76m² en Ile de France).

Je cherche à comprendre l'impression d'entassement que j'ai beaucoup plus eu dans les logements que j'ai fréquenté au Japon, avec ses placards remplis à ras-bord jusqu'au plafond. Je vous ferais part de mes réflexions dès que j'aurai progressé.

Un lecteur français a dit…

Je viens de lire avec intérêt tes deux articles sur l'intégration des cadres occidentaux au Japon. Ton blog fait partie maintenant de mes blogs d'expat au Japon favoris.

Je suis ingénieur dans l'automobile et expat en Allemagne actuellement. Je suis à l'écoute depuis 2 ans d'une opportunité au Japon mais ca me semble extrêmement compliqué. J'étais sur la piste, par le biais de mon école d'une société de construction japonaise mais finalement, ca n'a pas été un succès. Par la suite, une seconde piste sérieuse avec un grand distributeur français de matériel de sport sur Osaka pour de la vieille technologique... mais problème de lignes budgétaires. J'ai bien noté ce que tu dis par rapport aux spécialités à caractère managérial et que c'est un peu moins difficile pour les métiers techniques. En effet, je suis ingénieur en Génie Mécanique et exercant actuellement dans la Qualité et le Management de Projet.

Auras-tu des conseils ou pistes à me donner ?

Uchimizu a dit…

Si vous souhaitez aller au Japon, je vous conseille:
- d'entrer dans une entreprise qui a des activités significatives au Japon (Renault-Nissan est un bon exemple, Dassault-Systems est aussi sans doute intéressant)
- d'apprendre le japonais si ce n'est pas fait. C'est un plus qui peut vraiment faire la différence. Par contre, cela demande beaucoup de temps;
- de choisir une spécialité plutôt technique, et d'y devenir excellent et apprécié;
- d'être à l'écoute des opportunités dans votre domaine;
- d'être patient: une opportunité viendra certainement à un moment ou à un autre, mais cela peut-être l'année prochaine ou dans trois ans;
- de réfléchir à vos motivations pour partir au Japon, car ce n'est pas forcément un pays où l'expatriation est facile. Vous pourriez aussi choisir de prendre un petit congé sabatique, ou de longues vacances, pour découvrir le pays.

Micky a dit…

pas mal comme article, et c'est surtout très bien écrit.

puisque cela fait un moment que tu travail au Japon, tu ne pourrais me pistonner par hasard :D