dimanche 2 décembre 2007

Randonnée depuis Tokyo

Chaque grande gare de Tokyo est entourée d’un rempart d’hôtels, de bureaux et de magasins, parfois agrémentés d’une autoroute suspendue. Montez de bon matin dans un des trains de Tokyo, et, après quelques minutes, vous arriverez dans l’interminable banlieue japonaise : des petites maisons collées les unes aux autres, quelques parcs, des parkings, des rues commerçantes entourant les haltes du train, et, de plus en plus, de grands immeubles. Les 30 premières minutes sont le trajet quotidien des banlieusards, mais il serait dommage de s’y arrêter. Restez dans le train un peu plus longtemps, et vous arriverez dans les montagnes qui bordent la plaine du Kanto. Loin de l’agitation de la ville, de petits villages se succèdent dans des vallées étroites entourées par la forêt : quelques maisons désuètes, parfois un petit magasin, des habitants âgés qui cultivent les moindres espaces gagnées sur les montagnes.
La randonnée commence parfois par une courte approche dans la vallée, à travers les champs et les rizières, et la traversée du torrent. Puis, dès l’entrée dans la forêt, le sentier devient plus raide. Parfois, la forêt commence par un bosquet de bambou dont les feuilles bruissent au vent. Vous croisez un champ de wasabi (moutarde japonaise) parcouru par de l’eau courante, un temple isolé ou une petite maison. Après une montée intense, le sentier arrive sur la crête de la montagne, d’où il sera souvent possible d’avoir une vue dégagée sur les vallées des environs. Vous pourrez aussi souvent apercevoir le Mont-Fuji, enneigé en saison.
Vous parcourez ensuite la crête de la montagne pendant quelques minutes ou quelques heures. Aux plus beaux endroits, un groupe de randonneurs âgés suréquipés improvise un repas chaud. Puis, vient le moment de redescendre dans la vallée par un autre sentier raide, et de rejoindre une autre gare qui vous ramène en ville. Les lignes de montagne ne sont pas les plus fréquentées, et il faut parfois attendre une demi-heure le prochain train, si possible équipé d’un livre ou d’un magasine.
Les plaisirs de la randonnée varient suivant les saisons : Au printemps, les pruniers et les cerisiers en fleur agrémentent la campagne. La forêt japonaise est aussi spectaculaire en automne. En hiver, les sommets des environs sont souvent enneigés. Ces saisons permettent aussi d’admirer le Mont-Fuji, car l’air y est pur. En été, l’atmosphère est plus lourde, mais la brume crée souvent de superbes jeux de lumière.
Partons donc pour la montagne la plus proche de Tokyo. Au départ de la gare de la compagnie Keio (京王) à Shinjuku (), un train « Jun-Tokkyu » (準特急) vous emmènera en 53 minutes à la gare de Takaosanguchi (高尾山口). Il est aussi possible de prendre un train en direction de Hacjioji (八王子) et de changer à Kitano(北野). La gare se situe dans un petit village touristique désuet, le Mont Takao (高尾山) n’a plus le succès d’il y a trente ans. Vous tournerez à droite jusqu’à rejoindre le départ du téléphérique. Il est très agréable de prendre le petit sentier partant sur la gauche avant le téléphérique appelé « Inari Course » (稲荷山コース). Celui-ci monte sur la crête dans la forêt, et offre des vues agréables sur les vallées environnantes. En suivant le sentier, vous vous élèverez petit à petit. Suivez le chemin sur la crête jusqu’au sommet en vous dirigeant toujours en direction du Mont Takao (高尾山). L’ascension d’une heure et demi dans la forêt se termine par un long escalier. Les randonneurs sont nombreux dans la clairière du sommet. Si le temps est clair, une terrasse sur la gauche du sommet propose une très belle vue du Mont-Fuji.
La descente par la route (sentier 1 –1号路) est plus confortable. Au bout d’une vingtaine de minutes, il est agréable de prendre le sentier de droite en direction du temple du Mont Takao (高尾山楽王院). Le petit sentier partant du temple permet de rejoindre le fond de la vallée. La route (sentier no 6 – 6号路) dans le fond de vallée très étroite vous amènera ensuite jusqu’au départ du téléphérique. Après Trois ou quatre heures dans la forêt, vous êtes revenu à la civilisation.

Le Mont Takao est la randonnée la plus accessible des environs de Tokyo, et sans doute la seule possible en une demi journée, mais il en existe bien d’autres, plus sauvages et plus intéressantes. Un livre en anglais propose une vingtaine de randonnées autour de la ville. C’est probablement l’investissement le plus utile lors de votre installation dans la ville.
Day Walks near Tokyo par Walters, Gary D. ISBN 4770016204, publié par Kodansha International
Un site en japonais propose une carte du Mont Takao. Les deux dernières photos de cet article ont été prises lors d'une ascencion du Mont Takao en automne.
Avant de partir, vous vous êtes équipé de bonnes chaussures de randonnées montantes, indispensables sur les sentiers raides qui parcourent les flancs des montagnes. L’auteur de ce blog est un habitué des Alpes, mais a été surpris par la relative difficulté des sentiers japonais, même sur le flanc de montagnes ne dépassant pas les 1000m. Vous avez également acheté des boisson et de quoi manger avant de partir, car il n’y a pas forcément de commerces dans les villages de montagne. Une bouteille de thé vert et quelques « O Nigiri » donneront une touche japonaise à votre randonnée. Il convient également de consulter la météo avant de partir, et de s’abstenir en cas de pluie, de neige ou d’orage. Une carte, même sommaire, est indispensable. Les services offerts par Yahoo Japan peuvent être suffisant dans les deux cas. Il est important de connaître à la fois la prononciation et l’écriture (kanjis) des endroits où vous vous rendez. Les panneaux indicateurs ne sont en général écrits qu’en japonais, et vous souhaiterez peut-être demander votre chemin. Il est recommandé de ne pas partir seul, ou au moins de laisser votre itinéraire à une connaissance qui pourra alerter les secours si vous vous blessez, et ne rentrez pas. Les sentiers sont toutefois relativement fréquentés en toute saison, et il est très rare d’être seul.
Vous pouvez continuer votre lecture par cette escapade au Mont Rokko, un des plus beaux panoramas du Japon

3 commentaires:

Anonyme a dit…

quelles indications précieuses et détaillées : tout ce qu'il me fallait pour repartir une 3ème fois à l'assaut du mont takao et de ses environs.
j'avoue que précédemment je ne m'étais pas vraiment équipée mais après avoir suivi l'itinéraire que vous proposiez pour le mont rokko je réalise qu'une bonne paire de chaussures de marche est indispensable! (voir même des gants dans le "rocks garden").
connaissez-vous la distance des parcours mentionnés dans votre blog? cela pourrait être une indication supplémentaire précieuse pour les novices comme pour les confirmés.
merci de vos partages si enrichissants!

Uchimizu a dit…

Merci pour vos commentaires indulgents. Le parcours indiqué représente environ 7 kilomètres aller-retour pour un dénivelé d'environ 400 mètres.

Anonyme a dit…

Bonjour merci pour votre idée de randonnée. Concernant le train, la ligne Chûo n'est-elle pas plus directe (terminus Takao)?
Encore merci.