mercredi 2 juillet 2008

La plus belle vue du Kansai

Le Japon est un archipel montagneux. Plus des deux tiers sont occupés par des montagnes abruptes recouvertes de forêt, et il ne reste parfois que quelques centaines de mètres de plaine coincées entre les collines et la mer pour organiser la vie humaine. Je vous propose une excursion sur les sommets du « Rokko-san » (六甲山) près de Kobe (神戸), pour une leçon spectaculaire de la géographie japonaise, et sans doute la plus belle vue du Kansai (関西). Le voyage pourra se terminer dans la station thermale d’Arima (有馬), peut-être la plus ancienne du Japon.
Pour les moins courageux, un funiculaire impressionnant permet l’accès au plateau du sommet. La terrasse d’observation à proximité du la gare supérieure mérite une halte pour la superbe vue de Kobe. Puis, sur le plateau, un bus offre une liaison pratique entre les différentes attractions. La montagne peut aussi se gravir à pied, à partir de la station de ashiya-gawa (芦屋川) sur la ligne Hankyu Kobe (阪急神戸線). Il suffit de suivre la direction « Rock Gardens » (ロックガーデン), puis le sentier bien indiqué pour le sommet du Rokko-san. Il faut compter 5 heures pour la montée et la descente jusqu’à Arima. Les précautions inhérentes à la randonnée au Japon sont de rigueur.
Le Mont Rokko est une station climatique depuis 1895, quand un résident anglais, Arthur H Gloom, installa un chalet de montagne. L’endroit se développa ensuite comme une station climatique permettant de profiter de la fraîcheur du sommet. La montagne est partie intégrante de l’identité de la ville, puisque l’hymne des supporters des Hanshins Tigers se nomme Rokko Oroshi (六甲颪) ou « Le vent du Mont Rokko ». D’après les supporters du Kansai, celui-ci s’exécute de préférence après quelques bières pendant une victoire écrasante des Hanshins Tigers (阪神タイガー) contre leurs grands rivaux des Yomiuri Giants (読売巨人), l’équipe de Tokyo.
L’endroit présente toutes les attractions des lieux touristiques japonais: Le « Rokko Garden Terrace », une réplique de village européen, abrite ainsi des boutiques chics. Le complexe comprend même une fausse tour de château avec un revêtement qui rappelle plus les maisons japonaises que les châteaux cathares. Le Mont Rokko est également réputé pour ses pâturages à mouton. Il est possible de visiter la ferme, et l’on fabrique du fromage local. Un restaurant propose évidemment le Genghis Kahn, un ragoût au mouton, à proximité du « Rokko Garden Terrace ». Le sommet contient également le plus ancien golf japonaise, un jardin botanique alpin, et un parc « Country House » servant également de piste de ski artificiel.
Plus que ses attractions sympathiques, le plus agréable est la magnifique vue du sommet. La terrasse du « Rokko Garden Terrace » est bien adaptée à l’observation. Le regard porte de Kobe à Osaka jusqu’à la mer, distante de seulement quelques kilomètres à Kobe. Par temps clair, l’aéroport international du Kansai, construit sur une île artificielle, est aussi visible. L’agglomération est immense, mais les grands immeubles sont relativement rares. La ville japonaise est souvent chaotique : les immeubles hétéroclites sont rassemblés sans logique d’ensemble, à l’exception du centre de Kobe reconstruit largement après le tremblement de terre. Les terrains artificiels gagnés sur la mer sont bien visibles. A Kobe, il s’agit principalement de l’île de Rokko, et de l’île du port. A cause de la crise économique, tous les terrains créés à grand frais ne sont pas utilisés. Durant le tremblement de terre, ces terrains gorgés d’eau se sont montrés particulièrement instables. Cela n’a pas empêché la ville de construire son aéroport sur des terres gagnées sur la mer, encore plus loin du rivage que le port.
Après avoir profité de la vue, il est intéressant de revenir à Kobe par l’autre versant. Un téléphérique permet de rejoindre la station thermale d’Arima. Le voyage de 12 minutes est fort agréable au dessus de la forêt. Le retour à Kobe depuis Arima est rapide, mais vous pouvez probablement passer quelques heures à profiter des sources thermales. La légende veut qu’un empereur du 7ème siècle ait fait un séjour de plusieurs mois dans la ville pour profiter de ses eaux. La ville a ensuite connue des fortunes diverses, et un éboulement majeur au XIè siècle. Elle fut reconstruite par le général Toyotomi Hideyoshi au 16è siècle, et a prospéré depuis. Les deux bains publics de « Kin-No-Yu » (金の湯) et « Gin-no-Yu » (銀の湯) accueillent les visiteurs en journée, et de nombreux ryokans vous hébergeront pour la nuit.
Vous pouvez continuer votre lecture par une journée à Osaka.
Accès au Mont Rokko

Le funiculaire « Rokko Cable Car » permet de rejoindre le sommet. La gare de départ est proche de la station « Rokko » sur la ligne Hankyu. Billet aller-simple : Y570 (3.45 Euros), aller-retour Y1000 (6 Euros). Une formule aller-retour incluant le bus du sommet « Omote Rokko Shuyu Joshaken » est proposée à Y1300. L’accès au départ du funiculaire est aussi possible par le bus 16 depuis les gars de Hankyu Rokko et JR Rokko_michi.

Le téléphérique « Rokko Arima Ropeway » relie la station d’Arima au sommet. Le billet coûte Y980 (6 Euros) pour un aller-simple, Y1770 (10.80 Euros) pour un aller-retour. Une formule comprenant aussi le bus du sommet « Ura Rokko Shuyu Joshaken » coûte Y1900 (11.52 Euros).

Un billet aller-simple de Kobe à Arima comprenant funiculaire, bus du sommet, et téléphérique « Rokko Arima Katamichi Joshaken » coûte Y1700 (10.30 Euros).

Le retour d’Arima à Kobe s’effectue par la compagnie Shintetsu (神鉄), avec un changement à Arimaguchi (有馬口), puis une correspondance à Tanigami (谷上) avec le métro de Kobe qui ramène directement en centre ville. Le trajet jusqu’à Sannomiya (三宮) coûte Y900 (5.45 Euros) pour 30 minutes de trajet.

Kin-No-Yu: Admission Y650 (4 Euros), ouvert de 8 :00 à 22 :00, fermé les seconds et quatrièmes mardis de chaque mois.
Gin-No-Yu: Admission Y550 (3.3 Euros), ouvert de 9 :00 à 21 :00, fermé les premiers et troisièmes mardis de chaque mois.

3 commentaires:

alain a dit…

un billet toujours aussi intéressant qui vient enrichir la longue liste de choses a faire dans le kansai - mais au moins celle la ne se trouve pas dans les guides :)

merci

akaieric a dit…

J'en ai souvent entendu parler de ce mont Rokko. Et dire que je suis allé à Kobe sans y faire un tour...
Ce billet me fait penser qu'il faudra que je mette le mont Rokko et Arima au programme de mon prochain voyage...

Thomas a dit…

Il faudra que je pense à enfin aller faire un tour là bas.

Pour une autre magnifique vue dans le Kansa, il y a le mont Hiei à Kyoto: vue sur l'ancienne capitale d'un côté et vue sur le lac biwa de l'autre.

Là aussi, un jardin botanique pas très intéressant, un parking, les plus mauvais ramen jamais mangés et un hôtel « à la Française». Reste que la vue y est sublime.

Accès via le petit train de la ligne Eiden (gare de Demachiyanagi), au terminus.