samedi 5 avril 2008

Sur les traces de la danseuse d'Izu

Je ne suis probablement pas le seul à avoir découvert la littérature japonaise à travers le court roman « la danseuse d’Izu » (伊豆の踊り子). Il décrit le voyage d’un lycéen parti en vacances solitaires dans la péninsule d’Izu (伊豆半島) au début du vingtième siècle. Ses vacances commencent de façon triste jusqu’à ce qu’il rencontre un groupe d’artistes et décide de voyager avec eux jusqu’à Shimoda (下田). Notre lycéen retrouve vite le moral grâce à cette joyeuse compagnie et surtout à son attraction pour une jeune danseuse du groupe. La différence de statut social et le jeune âge de la fille ne lui permettent pas de commencer une aventure, mais il monte dans le bateau pour Tokyo à Shimoda le cœur réjoui par cette aventure. Toute la palette des sentiments humains est finement décrite par la prose élégante de Kawabata.
Pendant mon premier voyage au Japon, j’ai encore rencontré brièvement la péninsule d’Izu quand je cherchais un onsen rapide et bon marché. Cela m’a amené à Atami (熱海), le point d’entrée de la péninsule, une station thermale moderne appréciée. Etudiant sans le sou, je n’ai pas utilisé le train ‘Odoriko’ (danseuse express) nommé en référence à Kawabata, pour me rendre dans la ville. Je me suis contenté d’une après-midi plaisante dans les bains d’un hotel moderne. Puis, je suis rentré à Tokyo par le train omnibus et je suis retourné à ma vie d’étudiant.
Quelques années plus tard, j’ai pu découvrir un peu plus la péninsule. Le train orange et vert un peu désuet du Tokaido m’a amené jusqu’à la ville d’Ito (伊東), un petit port de pêche et une station thermale (温泉). J’étais vaguement déçu par l’aspect extérieur du ryokan (旅館) qui n’aurait pas dépareillé la banlieue de Tokyo. Mais j’ai passé de très bons moments grace au service impeccable, à la chambre traditionnelle en Tatami. La nourriture est en générale gastronomique, et comprend toujours du sashimi au bord de la mer, ou du gibier, notamment du sanglier (猪)en montagne. Le plus agréable dans un onsen est évidemment de prendre son temps pendant la soirée pour profiter des bains d’eau thermale chaude. Cela permet de dormir profondément avec tous les muscles reposés. De nombreux ryokans occupent aussi de vieux bâtiments traditionnels avec une atmosphère fabuleuse. Les constructions japonaises d’époque n’ont toutefois pas toujours l’isolation phonique que l’on souhaiterait dans ces établissements destinés principalements aux week-ends en amoureux.
Pour une petite promenade de fin d’après-midi, la route côtière juste au sud d’Ito offre de belles vues sur l’île voisine d’ Oshima (大島). Un court voyage en train jusqu’à la Gare de Jogasaki Kaigan (城ヶ埼海岸) permet de découvrir deux endroits surprenants. La côte de Jogasaki (城ヶ埼) est un enchainement de falaises de lave escarpées surplombées d’une belle forêt de pins. Plusieurs kilomètres de sentier permettent des promenades agréables. Dans les terres, il est possible de monter sur le Mont Omura (大室山), un surprenant volcan de poche maintenant endormi, par un petit télésiège. Le sommet offre une belle vue sur le Mont Fuji, la péninsule et les îles environnantes. En redescendant du volcan, vous pourriez continuer votre voyage jusqu’à Shimoda, tout au sud de la péninsule. C’est dans ce port que les bateaux américains arrivèrent en 1858, mettant fin à deux siècles d’isolation du Japon. Sur le chemin de Shimoda, la superbe plage de Shirahama (白浜) est un bon endroit pour un bain de mer en été. Les surfeurs d’y trouvent toute l’année.
Il est possible aussi de rejoinder Shimoda par la route de montagne du centre de la peninsula. C’est le chemin que choisissent les voyageurs de la Danseuse d’Izu. Le voyage commence alors à Mishima (三島) par un délicieux plat d’Unagi (うなぎ). Les anguilles sont grilles sur du charbon de bois avec un sauce sucré sale qui lui donne une saveur caramelisée. Le ventre plein, vous apprécierez mieux les superbes sources de Kakitagawa (柿田川) springs. On prétend que l’eau très pure et d’un bleu profond vient du Mont-Fuji.
De retour à la gare de Mishima, le train vous amènera à Shuzenji (修善寺) dans le centre de la péninsule. La station thermale voisine de “Shuzenji onsen” (修善寺温泉) abrite certains des ryokans les plus reputes du pays. Il y a aussi des hébergements plus abordables, et c’est un endroit agréable pour passer la nuit. Depuis Shuzenji, des bus parcourent la route centrale qui rejoint Shimoda par les montagnes. Les chutes de Joren (浄連の滝) sont impressionantes, mais j’ai préféré la randonnée sur la vieille route du col d’Amagi (天城峠). La route est maintenant fermée au public. Je l’ai parcouru dans un brouillard épais qui lui donnait un air mystérieux. Je n’aurais pas été surpris de voir surgir du brouillard le groupe de voyageurs de la danseuse d’Izu. Le tunnel sombre par lequel on rejoint l’autre versant est aussi impressionant. L’excursion terminée, si l’on reprend la route de Shimoda, on passera sur un pont suspendu en forme de spirale, prétendu anti-sismique, et qui permet de descendre le flanc de la vallée.
Il est aussi possible de rejoindre Izu depuis Nagoya ou Osaka en utilisant le ferry connectant Shimizu (清水), le port de Shizuoka (静岡) à Toi (土肥). Le bateau traverse la baie de Suruga juste en face du Mont Fuji. Un bus permet ensuite de rejoindre la ville de Shuzenji depuis Toi. Il est possible de prendre le ferry avec sa voiture, et cela permet sans doute d’éviter les bouchons autour de Numazu, très fréquents le week-end.
Vous pouvez continuer votre lecture dans un onsen pour un bain reposant.
Informations pratiques

Accès à Atami: Tokaido Shinkansen Kodama(Y4288 - 27 Euro, 46min depuis Tokyo), Train spécial ‘Odoriko’ (Y3900 - 24 Euro, 80min depuis Tokyo) ou ligne Tokaido(111 min, Y1890 - 12 Euro depuis Tokyo). Le train ‘Odoriko’ continue vers Ito (Y4420, 104min) et Shimoda (Y6290 - 39 Euro, 164min). Il y a aussi des trains locaux entre Ami et Ito (ligne JR Ito) et entre Ito et Shimoda (ligne Izu express)

Accès à Mishima: Tokaido Shinkansen Hikari (Y4600 - 28 Euro, 44min depuis Tokyo), ou ligne Tokaido (119 min, Y2210 depuis Tokyo, correspondance à Atami)

Accès à Shuzenji: ligne Izu Hakone de Mishima à Shuzenji (33 minutes, 500 Yen - 3 Euro) bus fréquents depuis la gare de Shuzenji (every 15 minutes) jusqu’à la station thermale de Shuzenji Onsen (Izu Hakone bus or Tokai bus). Il y a environ 20 bus par jour entre Shuzenji et Toi. Les bus en direction de Matsuzaki (松崎) s’arrêtent à Toi.

Accès aux chutes de Joren et Amagi Toge: bus de Shuzenji en direction de Kawazu. Approximativement un bus toutes les 30 minutes. 30 minutes, Y800 - 5 Euro jusqu’aux chutes de Joren, Y1060 - 7 Euro, 45 minutes pour arriver au départ de la route du col d’Amani

Accès à Toi en Ferry : ”Dream Ferry” depuis Shimizu. La traversée dure 65 minutes, avec entre 4 et 7 aller-retours par jour. The premier ferry quitte Shimizu à 8h et Toi à 9h20. Le dernier bateau quitte Shimizu à 16h et Toi à 17h20. L’aller coûte Y2000 - 12.5 Euro par personne, et Y4300 - 27 Euro par voiture individuelle (moins de 3m de long)

Izu Hakone bus: http://www.izuhakone.co.jp/bus/rosen/index.htm (En japonais)
Tokai Bus: http://www.tokaibus.jp/mainroot.html (En Japonais)
Toi bus schedule: http://www.toi-annai.com/access/basu.html (En Japonais)
Toi <-> Shimizu Ferry: http://www.dream-ferry.co.jp/

Restaurant d’Unagi à Mishima : Sakuraya (桜家) 三島市広小路町13-2 hirokoji-cho Mishima. Tel 055-975-4520. Ouvert de 11h à 20h ou jusqu’à épuisement du stock. Fermé le mercredi et les jours fériés. A partir de Y2620 - 16 Euro par personne

Réservation d’un onsen ou ryokan : Yahoo Japan (http://www.yahoo.co.jp/) offre un service de réservation d’hébergement sous la rubrique ‘voyage’ (en japonais). Le site secret Japan (http://www.secret-japan.com/) offre des conseils indépendents sur les onsens en anglais et en fraçais. Il comprend aussi un guide sur la côté ouest d’Izu, au sud de Toi).


3 commentaires:

Christian a dit…

De Kawabata, "Nemureru bijo 眠れる美女", "Les belles endormies" est intéressant se passe à Izu également.
Petite remarque: "danseuse", s'écrit avec des "s".

Uchimizu a dit…

Bonjour,

merci beaucoup pour votre commentaire. J'ai également lu les "Belles Endormies" mais je n'avais pas réalisé que le roman se passait à Izu. Plates excuses pour le "s" de danseuse.

Joachim a dit…

http://dictionnaire.mediadico.com/traduction/dictionnaire.asp/definition/danseuse/2007

Danseuse avec un seul "s" sauf au pluriel.