dimanche 27 juillet 2008

Du thé, des pins et un beau volcan

Située entre Tokyo et Nagoya sur la fertile côte pacifique du Japon, Shizuoka (静岡) est la dix-neuvième étape de la route historique du Tokaido (東海道) reliant Edo (江戸, maintenant Tokyo - 東京) à Kyoto (京都). Les fouilles sur le site archéologique de Toro (登呂) ont dégagé un village complet avec des rizières, signe d’occupation humaine remontant à l’antiquité. Plus récemment, le château de Sunpu (駿府城) a accueilli comme hôtage au 16ème siècle le jeune Tokugawa Ieyasu (徳川家康), futur unificateur du pays, qui choisit d’ailleurs l’endroit comme retraite après son abdication. Aujourd’hui, c’est une ville dynamique méritant une visite pour son site exceptionnel et ses produits gastronomiques.
La ville moderne compte 700.000 habitants, ce qui la classe parmi les 20 premières métropoles japonaises. Elle est bien desservie par les transports modernes, le service de shinkansen rapide Hikari s’y arrête toutes les heures. Le centre est situé à proximité de la gare de Shizuoka, et rassemble les commerces, les bureaux et les hôtels, ainsi que le site du château de Sunpu, maintenant un jardin. La ligne de train Tokaido s’arrête aussi dans la banlieue chic de Kusanagi et au port de Shimizu. Un petit train local (Shizutetsu静鉄) relie également le centre-ville (garde de Shin-Shizuoka新静岡) au port de Shimizu (gare de Shin-Shimizu新清水). Les habitants vous préciseront avec une pointe de fierté qu’il ne s’agit pas du plus petit train du Japon puisqu’il dispose de 2 voies sur l’intégralité des 11 kilomètres de la ligne, et que celle-ci est desservie par un train toutes les 5 minutes en heure de pointe. La ville a une longue tradition de manufacture de jouets, elle est le siège de Tamiya, un fabricant de maquettes en plastique connu des modélistes du monde entier.
Shizuoka est une halte intéressante sur le trajet de Tokyo à Kyoto. Le site est remarquable, et c’est aussi le climat le plus doux du Japon. La ville de Shizuoka est limitée à l’ouest par la rivière Abe-kawa (安倍川), et au nord par les premiers contreforts des Alpes du Sud(南アルプス). Le centre de Shizuoka s’est construit autout du château de Sunpu, malheureusement détruit à la fin de l’Ere Meiji, et situé juste au nord de la gare. Le site mérite la visite pour la superbe vue du dernier étage de la préfecture (en libre accès), ainsi que le très beau jardin traditionnel offrant également un pavillon de cérémonie du thé. Une aile du chateau et la porte principale ont été reconstruits suivant les méthodes traditionnelles, et les douves sont bien conservées. Le centre de Shizuoka s’étend jusqu’aux contreforts du Nihon-daira(日本平).
Nihon-Daira, un des 100 plus beaux sites du Japon (観光地百選) est un plateau vallonné recouvert de forêts offrant de sombtueuses vues du Mont-Fuji (富士山), avec le port de Shimizu en premier-plan. Le célèbre volcan n’est situé qu’à une vingtaine de kilomètres. C’est donc depuis les sites remarquables de Shizuoka que l’on aura la plus belle vue de ce symbole du Japon.
Un téléphérique relie le sommet du Nihon Daira au sancturaire de Konuzan-Toshogu (久能山東照宮) situé en surplomb du bord-de mer. Il fut construit juste après la mort de Tokugawa Ieyasu en 1617, dans un style coloré proche de celui de Nikko qui s’accorde bien à la végétation luxuriante de l’endroit. La route côtière (route 150) est un moyen fort agréable de rejoindre Shimizu. Le port naturel profite de la baie abritée par la péninsule de Miho (三保半島). Celle-ci est célèbre pour les superbes plantations de pin en bord de mer du Miho-Matsubara (三保松原) avec évidemment une superbe vue du Mont-Fuji. Le port de Shimizu a été agréablement rénové autour du « Dream Plaza », un centre commercial moderne. Du port part le Ferry vers Toi, un petit port sur la péninsule d’Izu (伊豆半島).
Le Climat de la région de Shizuoka à la réputation d’être le plus doux du Japon. Les excellentes terres de la région sont célèbres pour le thé, un des plus réputés du pays. De nombreux champs à flanc de montagne se trouvent sur les rives de l’Abekawa, et les pentes du Nihon-Zaka (日本坂), à l’ouest de la ville. Le port de Shimizu a la premières flotte thonière du pays, et le port de Yaizu (焼津), juste à l’ouest de l’Abekawa est aussi un centre de pêche important. Les restaurants de sushis de la ville proposent donc toujours un poisson de qualité. Il existe même un musée du sushi dans le « Dream Plaza » à Shimizu. La ville produit également du thon conservé dans le miso. La mer est généreuse puisque la baie de Suruga (駿河湾) produit en abondance des Sakura-ebi (桜海老), petites crevettes délicieuses en friture, et dont on fait aussi des sembés (biscuits de riz soufflés). La saison est en avril et en novembre. Les Shirasu, jeunes crevettes au goût prononcé sont aussi excellents. Si l’on se rend dans la ville au début du printemps, de février à début avril, on peut aussi profiter des « Ichigo-Gari » (苺狩り) dans les champs de fraise bordant la route entre la mer et le Nihon-Daira. Il s’agit d’une séance de « fraises à volonté » à cueillir directement dans la plantation.
Idéalement située, la ville de Shizuoka fait une excellente étape épicurienne entre la région d’Hakone / Izu et le Nagoya. L’arrivée par le ferry depuis Toi sera inoubliable par beau-temps.
Vous pouvez continuer votre lecture dans la péninsule d'Izu toute proche, un des plus beaux endroits du littoral japonais.
Détails pratiques

Accès à Shizuoka : par le Tokaido Shinkansen Hikari depuis Tokyo (1h03, Yen 6.380, 40 Euros), ou Shin-Osaka (1h50, Yen 10.780, 67 Euros), 1 train toutes les heures ; par la route : Autoroute Tomei, Sortie Shizuoka IC ou Shimizu IC.

Accès à Shimizu : par la ligne Tokaido depuis la gare de Shizuoka : 10 minutes, Yen 230 (1.40 Euros), par la ligne Shizutetsu depuis la gare de Shin-Shimizu : 20 minutes, Yen 290 (1.80 Euros).

Accès à Miho : lignes 57/58 (Miho Yamanote Line, compagnie Shizutetsu) depuis la gare de Shimizu ou le « Dream-Plaza », station « Miho-Matsubara Iriguchi (三保松原入り口), un bus toutes les dix minutes environ.

Accès à Nihon-Daira : ligne 42 (Nihondaira Line, compagnie Shizutetsu) depuis la gare de Shizuoka (plateforme 13), un bus par heure le week-end, 4 bus par jour en semaine, descendre au terminus.

Accès à Toro : ligne 10 (Ishida Kaigan) depuis la gare de Shizuoka (plateforme 4), gare de ToroIsekiIriguchi (登呂遺跡入口).

Téléphérique de Nihondaira (accès au temple de Kunosan-Toshogu : une cabine toutes les 15 minutes et 10 minutes aux heures de pointe, aller-retour Yen 900 (5.60 Euros), Yen 500 Yens (3.10 Euros) pour un aller-simple.

Il est beaucoup plus pratique, et souvent moins cher, de disposer d’une voiture pour visiter la région.
Liens utiles

Temple de Toshogu (http://www.toshogu.or.jp/)
Téléphérique de Nihon-Daira (http://www.shizutetsu.co.jp/park/guide.html#ropeway)
Horaires de bus de la compagnie Shizutetsu (http://db.shizutetsu.co.jp/bus/)

Un restaurant de sushi extraordinaire à Shimizu : Suehiro Sushi (末廣鮨): repas de midi à partir de Yen 2.000 (13 Euros), diner à partir de Yen 8.400 (53 Euros), télephone : 054-366-6083 (〒424-0815 静岡市清水区江尻東2-5-28), 5 minutes à pied de la gare de Shimizu, ouverture de 11 :30 à 22 :00, fermerture le mercredi.

8 commentaires:

linlin a dit…

je viens de découvrir votre blog . J'ai trouvé le lien sur le blog de David le photographe sur Tokyo. je trouve très bien ce que vous faites aussi . Vous habitez aussi au Japon ?

Uchimizu a dit…

Merci pour votre commentaire sympathique. J'ai habité 3 ans au Japon, mais je suis actuellement de retour en France. Néanmoins, je retourne plusieurs fois par an au Japon.

linlin a dit…

merci pour la réponse. A bientot de votre nouveau post

Anonyme a dit…

Merci pour toutes les informations et les détails pratiques que vous partagez grâce à ce blog.
Dommage que les descriptions soient si froides et impersonnelles, comme les photos... Ce qui les rend conventionnelles, peu vivantes et inadéquates à l'expérience.
Toutefois, bonne continuation.

alain a dit…

le style est impersonnel, et les sujets sont passionnants et très bien traités, que demander de plus ?

je ne reprocherait pas à ce blog sa rigueur, bien au contraire, c'est ça qui le distingue des milliers de blogs sans saveur où "trop kawai le chat à tokyo" côtoient les articles sur "trop bon les sushis lol" ...

kikoo lol salut :D

(ce post contient du 2eme degré)

Uchimizu a dit…

Merci pour votre commentaire contrasté sur ce blog. Des anglo-saxons m'ont fait la même remarque sur le ton "impersonnel" de la version anglaise. C'est en partie un choix de ma part, pour éviter d'importuner mes lecteurs en "racontant ma vie", et parce que j'apprécie la sobriété.

Je vais essayer de traiter des sujets plus personnels dans les semaines qui viennent tout en restant intéressant. Je prépare en ce moment un article sur les 10 ans qui me séparent de mon premier voyage au Japon, et comment mon regard sur le pays a changé durant cette période. Vous trouverez peut-être cela plus intéressant.

Anonyme a dit…

Alain, vous caricaturez mon message.
Uchimizu, votre goût pour la sobriété est louable !
Je trouve juste que votre prose ressemble parfois un peu trop à celle des brochures touristiques, qui se bornent à donner des informations pratiques... Le blog, moyen de s'auto-publier facilement, sans contraintes éditoriales, pourrait permettre de s'affranchir de telles contraintes et d'être moins plat, moins formaté. Idem pour vos photos qui sont souvent des "clichés", sans personnalité, trop propres et lisses.
Désolé si ma critique vous paraît sévère, j'espère qu'elle sera constructive.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.